• Ecouter l'Enfant

Zoom Ouganda



Nous avons rencontré James et Norah, les responsables de NACHU, pour la première fois en Septembre 2017 à la fin d’un séjour professionnel de deux ans dans ce pays et suite aux encouragements d’amis missionnaires.


Quelques mois après notre retour en France nous avons présenté NACHU à Ecouter l’Enfant qui s’est montré enthousiaste à l’idée d’inscrire l’Ouganda comme nouveau pays d’intervention et NACHU en particulier pour les parrainages d’enfants. Il nous a semblé bon de retourner là-bas fin 2019 pour encourager James et Norah et mesurer les progrès qu’ont permis les parrainages, les dons ponctuels et l’aide précieuse également apportée par ASD.

L’historique de NACHU peut être trouvé sur la page Ouganda du site

Vous y trouverez également la belle ‘vision’ de cette œuvre d’amour. Aujourd’hui il y a 20 enfants parrainés ; 31 jeunes en dessous de 18 ans sont encore en attente de parrainage, sans compter 10 jeunes qui sont en études supérieures.

Nous sommes arrivés le 28/11 au soir à Soroti après les inévitables aléas qui accompagnent ce genre de voyage, mais il était très important pour nous d’être à Soroti le 29/11 au matin pour participer à la Célébration de l’entrée des enfants dans le Primaire, à l’école des ‘Bright Lilies’ (les ‘lys éclatants’). Cette fête se célèbre en fanfare, défilé dans le village, danses, jeux, discours officiels et est l’occasion d’un repas spécial auquel participent les enfants, les parents, les maîtres et quelques officiels, dont l’inspecteur des écoles. Elle clôt l’année scolaire avant les grandes vacances de deux mois.


Les trois jours suivants ont été consacrés à la visite de NACHU, à la rencontre avec les jeunes et aux discussions avec James et Norah. Cinquante jeunes environ étaient déjà là pour les vacances mais quelques-uns manquaient encore (les niveaux secondaire et universitaire sont majoritairement dispersés dans des internats jusqu’à Kampala). Nous avons retrouvé l’ambiance chaleureuse qui nous avait marqués la première fois, les rires, l’envie de jouer ensemble, de discuter par petits groupes, tout cela sans disputes ! Nous avions amené quelques jeux, coloriages, ballons, billes pour leur plus grand plaisir.


James et Norah sont patients et attentifs. Chaque soir la ‘famille’ est réunie et prend du temps pour faire le point, dire ce qui va ou pas et faire une lecture de la Bible. Chaque jeune est encouragé à participer ; même un très jeune peut lancer le débat. Mais la responsabilité est grande et nourrir tous ces jeunes n’est pas facile. Ils sont aidés par d’autres organismes comme Feed the Hungry par exemple qui fournit des sacs de riz ; mais il faut les chercher à Kampala, le trajet d’une journée en bus pour un aller, et louer le coffre du bus pour les y entasser au retour.

Ce sont les jeunes, garçons et filles, qui s’occupent de la cuisine pendant les vacances.


L’adduction d’eau et la pompe, financées par ASD, leur sont d’une grande aide. La pompe sert aussi à la communauté environnante qui prend l’eau gratuitement. Avant il fallait chercher l’eau ailleurs et la payer ; les propriétaires n’étaient pas toujours accueillants et cadenassaient parfois la pompe. Maintenant James et Norah disent qu’ils ont été bénis et ils veulent bénir les autres en retour, donc ils laissent les voisins venir prendre l’eau gratuitement, ça leur sert de témoignage.



James est l’un des pasteurs d’une église évangélique et Norah est active dans les programmes pour enfants et jeunesse ; ils connaissent beaucoup de monde et ont de bons amis. Nous avons voulu savoir s’ils recevaient de l’aide de la part de l’église mais c’est plutôt eux qui aident les autres ; ils n’ont pas vraiment un autre couple avec qui partager leurs soucis et qui pourrait les relayer en cas de besoin. Ils ne s’en plaignent pas et font confiance au Seigneur, mais nous devons prier pour eux afin qu’ils soient encouragés et renouvelés chaque jour. Après tout, même Moïse avait besoin d’aide !

Un défi de taille se dresse en ce début d’année : les locaux de l’école étaient prêtés jusqu’à fin 2019. La propriétaire veut maintenant louer ces bâtiments pour 375USD/mois avec une avance de six mois ! Ce coût est très élevé, surtout en regard de l’état des bâtiments. Cette école maternelle et primaire reçoit non seulement les enfants de NACHU mais également les enfants inscrits de la communauté environnante. La situation semble critique puisque la rentrée 2020 s’étale entre fin janvier et début février. Forcément nous commençons à penser à une construction mais cela nécessite l’achat d’un terrain et demande du temps ; il faut aussi agir avec sagesse et bien regarder tous les aspects administratifs, de propriété, de gestion ...etc afin que si un tel projet se réalise il soit vraiment pris en mains par des Ougandais pour en assurer la pérennité.

Enfin nous devons réfléchir à comment les accompagner vers plus d’autonomie financière ; nous pensons à des projets agricoles ou d’élevage, mais là encore il faut que Dieu nous montre le chemin et qu’Il désigne localement des personnes de confiance qui pourraient s’impliquer parce que James et Norah ne peuvent pas tout faire.

Ces deux derniers ‘rêves’ dépassent largement le cadre de Ecouter l’Enfant mais nous encourageons les lecteurs de ce Zoom Ouganda à prier et peut-être que certains ont des compétences, voire même une pratique en terrain africain qui pourraient être utiles.

A Dieu soit toute la gloire.

Philippe & Edith

  • Facebook
  • Instagram

© Copyright 2020 - Écouter l'Enfant

Siège social de l'association : 25 Rue de la Pierre Merlière 38770 LA MOTTE D'AVEILLANS

France